Magali, c'est quoi ton métier ?


Aujourd'hui, post un petit peu spécial car beaucoup d'entre vous m'ont posé des questions sur mon métier. Donc pour répondre et tout vous raconter, voici le post "Magali, c'est quoi ton métier".

Alors de manière très officielle, je suis chef de rubrique beauté digital aux magazines Glamour et GQ. Donc je suis journaliste beauté. Alors déjà rien que cette appellation est assez compliquée. Quand je te dis journaliste, tu me vois en train de couvrir des guerres ou d'interviewer François Hollande. Non, c'est pas trop ça. Ensuite que je dis beauté, tu te dis que je passe mes journées à me maquiller et à recevoir des produits. C'est pas ça non plus.

Alors on va tout détailler pour que les choses soient claires pour tout le monde. Dans le journalisme, il y a un nombre incalculable de spécialités. Et même si on fait tous le même métier, on fait des choses super différentes. Il y a les journalistes de presse locale, les journalistes d'entreprise, les journalistes sportifs, les scientifiques, etc. En fait, il y a autant de journalistes que de domaines de passion (jardinage, couture, déco...) et de médias. Eh oui, il y a aussi bien la presse papier qu'internet, radio et télé. Et il y a même des supports genre des lettres hebdo ou des newsletters. Tout ceci est très, très vaste. Donc, journaliste en gros dans le dénominateur commun, je dirai que c'est un transmetteur. Il y a une info A à donner à un public C. Le lien entre le deux, c'est le B. Donc le journaliste qui prend l'info chez A, la met en forme pour que ce soit intelligible pour le C. Ensuite il peut ajouter une touche de lui-même. Un peu de B dans le A, soit en donnant son avis (ça, c'est surtout les éditorialistes et les chroniqueurs qui ont le droit) soit en mettant un style de malade, en ajoutant des informations, d'autres médias (genre dans un article web, tu peux ajouter une vidéo en plus). Voilà, en gros, un journaliste, c'est un transformateur et un vecteur. Après, où tu le transmets, à qui tu le transmets, et qu'est-ce que tu transmets, c'est variable.


Clairement, votre spécialité journalistique se construit sur votre personnalité. Il y a deux moyens d'être journaliste jardinage. Soit vous faites une école de journalisme, une fac de com ou que sais-je encore et vous arrivez au jardinage parce que c'est votre passion et que vous faites les stages qu'il faut pour en arriver là. Soit vous travaillez dans le jardinage pour devenir une figure incontournable du milieu et vous pouvez ensuite être embauché comme expert ou chroniqueur. Mais il faut quoi qu'il arrive une formation littéraire. Que vous sachiez écrire un minimum. 

Il y a certains milieux plus fermés que d'autres. Genre si tu veux être journaliste politique, on va te demander une certaine école de journalisme plutôt qu'une autre. Si tu veux être dans des trucs très pointus de science, mieux vaut aussi avoir un diplôme en la matière (genre médecine).

Ne me demandez pas quel parcours il faut faire. Il y a autant de parcours que de journalistes. Toutefois, ne croyez pas que parce que vous êtes maquilleuse, vous allez pouvoir être journaliste beauté. J'ai même envie de dire "au contraire".
Le plus important, c'est de savoir écrire. Et ça, on vous ne l'apprend pas dans la formation de maquilleur. Quand je dis écrire, je ne dis pas écrire comme pour une rédaction de 3ème. Il y a une écriture journalistique, c'est la même pour tous les milieux. Par contre, si vous devenez THE grande maquilleuse, vous pourrez être chroniqueuse ou experte pour les magazines. Mais il y aura toujours une journaliste derrière vous pour vous mettre en forme.

Là où c'est différent, c'est pour la mode. Pas vraiment besoin d'écrire pour les séries mode (à part les légendes de prix donc bon... y a pas de verbe quoi), donc ce sont des stylistes qui sont à la mode. Il y a d'autres journalistes mode, mais là elles ont une formation littéraire. Ce sont celles qui analysent, parlent des défilés, etc. Celles qui ne mettent pas juste les vêtements sur les mannequins.

Voilà en gros comment je peux dégrossir le métier de journaliste très grossièrement et comment on en arrive là. La formation littéraire est à mon sens indispensable. Après il y a toujours quelques exceptions, mais dans le global, c'est bien utile. Donc tu vises gros avec une formation où tu sais écrire, et ensuite tu affines ta direction avec tes stages. Si tu veux être journaliste vélo, tu vas pas faire un stage chez Miss Star Club. Tu vas dans un truc qui parle de vélo ou dans un canard un peu neutre, genre presse locale pour te former. Si t'as du bol, tu tombes l'été et tu parles du Tour de France et hop, arrivage au vélo.


Ensuite concrètement, moi dans mon cas (mais ça ne sera pas pareil pour une journaliste beauté papier par exemple, donc c'est vraiment très spécifique à mon travail, journaliste beauté sur le web) voilà comme se passe mon travail.

Bon déjà, y a pas une journée qui ressemble à la précédente. C'est toujours un peu la surprise, on change de sujet tous les jours, on a des idées, des fois non, des rendez-vous, des sorties, des réu... Mais voilà l'idée globale.

La colonne vertébrale, c'est la création d'article que je mets en ligne ensuite sur les sites de Glamour et de GQ. Donc j'ai une idée d'article (je pense que je suis à l'origine de 90% des idées de sujet. Le reste, c'est soit mon ou ma rédac chef qui me le demande ou alors ce sont des maronniers genre "les parfums de l'été... bon là on sait qu'on doit le faire et on le fait). Donc on trouve un sujet, puis un angle un peu sympa. Je fais ma recherche photo, ma recherche d'info (soit dans les dossiers de presse, soit auprès de pros, soit je le sais de moi-même), j'écris mon article ou ma galerie de photos, je recadre les photos et j'intègre tout ça dans le gestionnaire de contenus et je mets en ligne. J'assure ensuite le service après-vente : je fais la promotion de mes articles sur les réseaux sociaux. Donc nouvelle manière d'écrire, plus court, plus tapageur pour que les gens aient envie de venir voir l'article que j'ai écrit.

Ça, c'est la base. Après il y a des choses en plus. Déjà le contact avec les attachées de presse. On les a par mail, par téléphone, en déjeuner et lors des présentations presse. Grâce à elles, on a des infos qui nous aident ensuite à faire nos articles. Genre, imagine on va aux présentations et on se rend compte qu'il va y avoir 5 marques qui vont lancer des crèmes avec de la lavande du Morbihan dedans. Bah on peut se dire "tiens, la lavande du Morbihan, c'est un truc de dingue, grosse tendance, hop article". Voilà.

Ensuite il y a les shootings. Sur le web, j'en ai beaucoup moins que sur les magazines papier, mais ça arrive aussi. Moi j'ai fait surtout des "dans le vanity de..." donc on choisit une star dans l'actu (toujours. Tu ressors pas la meuf qui a fait un film y a 5 ans) et on va la voir dans sa salle de bain ou sa loge. Donc on booke le photographe, on prépare les produits qu'on va shooter (parce qu'on prend pas des produits déjà utilisés, on les demande aux marques "propres" pour pas que cela nuise à l'image du produit et que la photo soit jolie. Et puis pour que la personnalité que tu mets en avant passe pas pour une crados), on prend rendez-vous avec la personnalité via son attachée de presse, on booke le lieu si besoin, etc. etc.

Autre chose que l'on a, ce sont des contacts avec la pub qui va nous demander des idées de mécaniques pour les opérations spéciales. Donc opé spé, ce sont des contenus commandés par une marque. Donc ça peut être un espace dédié, un jeu concours, de la pub pure et dure en affichage... C'est très varié en fait et on nous demande des idées pour que chaque opé soit unique. Sur le web, on ne gagne de l'argent que via la pub et les opé spé, donc c'est une partie assez sérieuse et importante. Il n'y a pas les ventes du magazine qui ramènent de l'argent, puisque vous allez gratuitement sur les sites. (parenthèse : c'est donc pas très sympa de bloquer les pubs avec des outils web que je déteste. C'est comme si je te forçais à bosser gratos. Genre je te dis "ouais je viens sur ton site, donc je veux voir ton travail, mais je refuse que tu sois payée pour ton travail". Oh punaise, ça m'énerve tellement ça... Oh je suis colère, il va falloir que j'aille prendre l'air. Les gens qui mettent des logiciels qui bloquent les pubs mériteraient que je bloque leur salaire tiens. Parenthèse terminée... Je me calme. Promis)

Ensuite quoi d'autre.. les interviews, de coiffeurs, de maquilleurs, de docteurs, de stars... Voilà. Donc là c'est varié, soit par mail, par tel (ouais j'ai interviewé Scarlett Johansson par téléphone. Ouais j'ai tél à Scar quoi... ouais) ou de visu (ouais j'ai interviewé et vu en vrai de très près Jared Leto. Ouais).

Voilà en gros de quoi est fait mon travail. J'espère voir été complète. Et si vous avez des questions, les commentaires sont là pour ça !


CONVERSATION

27 commentaires:

La trentaine et alors ? a dit…

Ton article est super intéressant.
C'est agréable de te connaître davantage et ton métier a l'air passionnant !
Merci de partager cela avec nous.

Bisous.
Malorie

Anonyme a dit…

janonncomme tu as de la chance de faire ce metier!!!!! je suis aussi issue d'une formation littéraire mais je vis sur Lyon et malheureusement on a l'impression que ici c'est impossible de pratiquer ce métier , que l'on est forcé de monter sur Paris. Je lis autant tes articles sur ton blog que surles sites internet pour lesquels tu bosses et j'adore vraiment ton style. Crois tu qu'il est possible d'envisager un stage ? Quels bagages faut-il avoir pour cela ? merci d'avance pour ta réponse a bientot

Lulu 56 a dit…

Merci pour ces infos, ça aide à comprendre au mieux ton métier :-)

Par contre, sauf erreur de ma part, la lavande elle vient du Morbihan ?

Marine a dit…

Morbihan ne s'écrit pas avec deux L. Formation littéraire tu disais?

Tiff a dit…

Merci pour cet article hyper intéressant et hyper complet!!!!

Bisous

Tiff

http://mabulledepensees.blogspot.fr/
ps: il y a un concours sur mon blog :)

PLANÈTE BEAUTÉ a dit…

Noooooooon ma toons, pas attachées de presse au féminin !!!! Le masculin l'emporte, même si on se compte sur les doigts de la main.

@+ pour une tarte à la tomate !

Aurélie G. a dit…

Super article ! Je ne fais pas partie de ceux qui bloquent la pub, mais à mon avis ça n'arriverait pas si certains sites n'abusaient pas de ce côté là. Quand tu as ta pub qui prend tout l'écran, que tu cliques trois fois sur la petite flèche pour fermer, et qu'au final ça t'ouvre la page de la pub...Ca agace aussi. Vive les justes milieux :-)

Dominique a dit…

Oui c'est ça^^, et franchement c'est plus intéressant qu'écrire sur des thèmes rébarbatifs, l'univers de la beauté c'est passionnant.
Comme certaines sont limite Bac-20, en effet la lavande ou lilas de mer ça existe ( faut sortir... ), mais l'odeur n'a rien à voir avec la lavande traditionnelle.

Anonyme a dit…

Salut Magali!
Je rebondi sur la partie de ton article concernant les logiciels de blocage de pub.
Est que cela empêche de toucher le cachet des marques quand elle est bloqué?

Bisous

Une Jolie Plume a dit…

Bonjour Bonjour !

Et tout d'abord merci pour cet article qui est vraiment top et très intéressant ! Je voulais savoir quelles études ou quel parcours scolaire as-tu suivis ?

Lucinda a dit…

Merci de partager ton quotidien avec nous, c'est intéressant d'en savoir plus ^^
En revanche, petite (grosse ?) parenthèse sur les logiciels bloquant les pubs... Les pubs sur les sites ne m'ont jamais gênée, c'est plutôt les "pop-ups" que je trouve terriblement agressifs. Et souvent, ce genre de logiciels bloque les deux (pubs et pop-ups). Pour ma part, je ne vais pas sur le site de Glamour (mais je reste fidèle à ton blog ;) ), donc je ne me sens pas concernée, même si je fais théoriquement partie de ces gens auxquels tu aimerais retirer leur salaire. Pour faire bien, j'ai débloqué les pubs qui se trouvent sur ton blog (mais je crois que ça ne change rien).

Autrement, la classe d'avoir interviewé Scarlett et Jared ! Décidément, c'est un beau métier que tu fais là. Et maintenant, si j'ai bien compris, tu vas même être chroniqueuse TV, super ! :)

Beauté Blog a dit…

Pour le blocage des pubs, je trouve que c'est donnant, donnant. En fait l'éditeur d'un site s'engage à te faire une pub pas intrusive et pas relou genre le truc qui bombarbe du son à fond la caisse et t'ouvrent des fenêtres.
Là, oui je comprends qu'on veuille bloquer les pubs. Moi quand un site fait ça, je me casse et j'y retourne plus jamais et c'est la meilleure sanction.

Après quand c'est une pub dans le coin qui bouge à peine et fait pas de son... bon, voilà. C'est pas méchant et je trouve ça un peu pas cool de les bloquer. Faut bien que les sites trouvent des revenus quelque part et le seul moyen, c'est la pub. Alors à moins de faire des sites à accès payants (ce que je trouve débile à part peut-être pour les sites porno) je trouve ça normal qu'il y ait de la pub sur les sites et qu'on ne bloque pas ! Mais des pubs soft (on est d'accord).

Je parle pas pour les blogs, mais pour TOUS les sites hein.

Beauté Blog a dit…

Lucinda : pour la parenthèse, sur le blog, j'ai jamais de pop up ou de truc qui font un vacarme pas possible. Parce que moi-même, je supporte pas d'avoir ça sur les sites.

Sur les sites de Glamour ou de GQ, la politique c'est : si une pub est un peu envahissante, on doit pouvoir la fermer tout de suite. Genre on t'oblige pas à rester dessus 25 secondes comme c'est le cas chez certains. Y a jamais de pop-up et la navigation est faite pour rester le plus agréable possible.

Sur le blog, vous avez un pavé pub à gauche en haut qui se déclenche parfois, c'est une pub animé, mais sans son. Du light quoi. Y aura JAMAIS de pop up ou de truc relou. Je trouve ça pas cool. Autant pas cool que de mettre des ad-block en fait :)

UneFilleaBlush a dit…

Merci Magali pour ce bel article. Il est hyper instructif, complet et bien détaillé. J aime beaucoup lire des articles comme ca, on en apprend un peu plus sur la personne que tu es mais aussi tout le travail qui remplit bien tes journees.
Bonne journee.

Virginie d unefilleablush.blogspot.com

Marie-Hélène LARATTA a dit…

Bjr Merci Magali pour toutes ces précisions !!!

Kelenia a dit…

Super article et super boulot !!

Juliaaa a dit…

Article très intéressant !
C'est sympa d'avoir une explication dessus, parce que c'est quand même rare à trouver. Après c'est pas un peu relou d'écrire les articles saisonniers genre "La détox de la rentrée" "Préparer son bronzage avant l'été" etc ? Comment vous faites pour vous renouveler sur des sujets comme ça ?

Sinon:
"ouais je viens sur ton site, donc je veux voir ton travail, mais je refuse que tu sois payée pour ton travail"

Il me semple que:
1. Il existe des dizaines de façon de monétiser un site sans passer par les pubs
2. Lorsque une marque insère une pub sur un site, elle paye pour ça (environ 1 rein et 2 yeux), donc que les lecteurs voient la pub ou non, le site est déjà rémunéré. Le cpc c'est juste du plus...

J'ai envie de dire, c'est le jeu ma pauvre Lucette. Quand il y a des soldes, les marques ne disent pas "Achetez au prix fort, parce que sinon, c'est pas très sympa pour nous".
Il faut aussi accepter que les gens en aient marre de voir de la pub partout, et qu'ils aient envie de lire du contenu sans être gênés.

Et bloquer les pubs permettra peut-être à L'Oréal&co de réaliser que faire de la pub intrusive PARTOUT, ça casse une image.

Faut savoir être plus créatif les gars...

GirlyTraveler a dit…

La pub c'est ce qui fait vivre le web et si on souhaite maintenir cette gratuité c'est une nécessité car aucun de nous n'aime travailler gratuitement (je suis de ceux qui achètent ces espaces entre autres).

Anonyme a dit…

Bravo Magali.

Gweny_gt a dit…

autre article d'une bloggeuse mode, presque journaliste : Stelda.
http://stelda.blogspot.fr/2012/07/blogueuses-vs-journalistes-quelles.html

Noémie Passelande a dit…

Coucou Magali,

Je trouve cet article très intéressant (même si je ne travaille absolument pas dans ce milieu). Ca permet d'en connaître un peu plus sur toi. (et surtout de voir que tu as un travail prenant et que ça ne t'empêche pas de poster tous les jours, un grand bravo pour ça.)

Pour les pubs...malheureusement si tous les sites avaient la même façon de voir (pubs pas intrusives, qui ne te bloquent pas 30sec etc) je n'aurai jamais eu besoin d'installer de bloqueur. Malheureusement ils sont encore nombreux ces sites et j'ai donc capitulé. J'ai quelques sites dont je suis sûre à 100% que je ne serai pas dérangée, et qui sont donc dans ma liste verte dans les préférences de mon bloqueur. Mais je ne m'amuse pas à le faire pour tous les sites que je consulte.

J'ai déjà beaucoup freiné la télé en France à cause des pubs et je ne la regarde pas du tout à l'étranger (il y a plus de bus que de programmes...). Je regarde alors la plupart de mes programmes en replay (moins de pubs) ou j'enregistre sur ma box.
Pour les films, je les regarde au ciné ou vod. Pareil pour la radio dans la voiture qui a été remplacée par mon Ipod et spotify (moins de pub). Malheureusement j'ai l'impression qu'il n'y a pas d'alternatives sur le net, à part les bloqueurs...

Je comprends que cela te frustre mais tant qu'il n'y aura pas d'autres solutions, je maintiendrai mon bloqueur.

GrainedEau a dit…

C'est donc toi derrière les articles beauté Glamour ! Je les trouvais super-chouettes à chaque newsletter reçue :)
En tout cas merci pour cet article car je me demandais si ce n'était pas le métier que j'avais vraiment envie de faire (là, tout au fond de moi) mais que j'avais réprimé pendant longtemps. Du coup, j'ai les infos maintenant !

LeblogdePerry a dit…

Article vraiment très intéressant, j'ai beaucoup aimée !
J'aurais souhaitée savoir comment as tu fais pour en arriver là, si tu pouvais nous parler un peu de ton parcours scolaire, merci :)

Rebecca a dit…

Le Morbihan est un département de Bretagne et l' orthographe est impeccable! Un petit tour sur notre ami Google afin d' éviter cette petite réflexion à Magali.
Bonne soirée.

Nyfea a dit…

J'adore connaitre un peu plus sur les métiers, peut etre parce que je cherche ma voix (bon ca sera pas journaliste je suis une quiche en écriture) mais ca me laisse de l'espoir de trouver un jour, ma voix quoi! Merci

Nyfea a dit…

J'adore connaitre un peu plus sur les métiers, peut etre parce que je cherche ma voix (bon ca sera pas journaliste je suis une quiche en écriture) mais ca me laisse de l'espoir de trouver un jour, ma voix quoi! Merci

Dragon Fly a dit…

Très intéressante description du métier.
Un petit bémol: une formation scientifique peut permettre tout autant de savoir s'exprimer correctement... Vous l'aurez compris, je suis 100% scientifique, mais aussi 100% championne en orthographe, et tous les journalistes/blogueurs/chroniqueurs que je lis ne peuvent pas en dire autant!

Back
to top