A propos de moi





Je m'appelle Magali Bertin. Je suis née dans la petite bourgade de Falaise dans le Calvados. (Je remonte un peu trop loin là non ?) Ok je passe direct à la partie "études".

J'ai passé un BAC L, donc Littéraire où j'étais avant dernière de ma classe. Bon, la classe avait un très bon niveau alors y a pas de honte. J'étais une pine en philo, pas terrible en français. Ma matière phare, c'était l'anglais. Comme quoi, ça ne veut rien dire. Mes profs ne comprennaient pas les touches d'humour que je semais dans mes dissertations.

Donc je passe mon Bac, je l'ai du premier coup, mais sans mention ni rien.

Je ne savais pas trop ce que je voulais faire. Seule certitude : je voulais écrire. Je m'oriente vers un DEUG de droit. Le truc horrible. J'ai complètement lâché. Le but en fait c'était de faire un Deug de droit et de passer par Science Po pour être une vraie grande journaliste. Ok donc, le droit c'était mort pour moi, j'ai pas du tout accroché.

Rentrée suivante, je m'inscris dans une école de journalisme, école privée, chère, pas reconnue, ni par l'éducation nationale, ni par le métier. Et puis là je n'étais plus avant-dernière de la classe, mais 2ème! A l'époque, elle s’appelait l'ITAIM mais tout a tellement changé depuis, que l'avis que j'en avais ne doit plus forcément correspondre à la réalité maintenant.

En fait, le but était seulement d'avoir une convention de stage pour pouvoir être vraiment formée sur le terrain. Donc oui, ma passion première, c'est l'écriture. Si je pouvais être journaliste dans un domaine qui me plaisait, ça aurait été un plus. Mais je n'ai craché sur rien et j'ai finalement eu beaucoup de chance dans mes stages.

Première année, tout se passe bien, je décroche un stage de deux mois chez Libération. Ouais, pas mal hein. Deuxième année, l'école se déroule à mi-temps. Je prends un stage à mi-temps chez NRJ (oui, oui, la radio). Ca dure 6 mois, c'était énorme, j'ai rencontré plein de stars. Je suis juste dégoutée d'avoir loupé George Clooney et Brad Pitt qui sont venus à la radio alors que j'étais en cours. J'aurais du sècher en fait.

Le stage se termine, je débute ma troisième et dernière année en école de journalisme. Je décroche un stage dans la rédaction où je suis encore actuellement. L'énorme coup de bol. Au départ, je ne suis pas vraiment sur la beauté, mais un peu sur tout. Au fil des articles, on me met naturellement à la beauté. C'est là que je suis la meilleure apparemment.

Mon stage se termine. Je m'en vais. Je suis un peu dég d'ailleurs parce que je serais bien restée.

Mais j'ai trouvé un job : Youhou ! C'est un site Internet qui est en train de se monter. Un site qui parle de justice. La pire expérience que j'ai vécue. J'ai bossé 2 mois et demi et le patron n'a jamais payé personne. (Vous inquiétez pas, on l'a tous poursuivi aux Prud'Hommes et on a gagné - il avait même pas de numero de Siret en plus, imaginez la tête des juges. Ils ont halluciné. Le seul truc, c'est qu'on a gagné deux ans après s'être fait avoir. Mais bon... L'important c'est que l'on a finalement été payés).

Bref, j'envoie par mail ma démission à ce mec qui ne m'a jamais payé. J'appuie sur "envoyer" (je vous jure que ça s'est passé comme ça). Je suis deg, à deux doigts de pleurer genre "J'ai raté ma vie". Je ferme la fenêtre Internet et là, le téléphone sonne. C'est mon ancienne boss. Celle de mon dernier stage.

"Magali ? On a besoin de toi. On te previens au dernier moment, mais tu serais disponible à partir du 4 novembre ? On te prend en CNE (Contrat Nouvelle Embauche - mieux que rien)."

Ouais j'ai failli la jouer "Oh je sais pas, je suis très demandée tu sais, je vais y réfléchir...". Mais non, je ne l'ai pas fait. Je ne suis pas complètement dingue non plus.

Une semaine après, j'étais de retour à mon bureau. Sur la rubrique Beauté. Et cela fait 10 ans (stage compris) que j'y suis. Et je suis pas prête de partir ! Je suis donc officiellement Chef de rubrique Beauté Digital des magazines Glamour et GQ.

Nouveau rebondissement en 2012, j'ose me lancer dans une nouvelle aventure: publier mon premier roman. C'est mon bébé, il s'appelle Madeline Marcel-Torque et est édité par les Editions Kirographaires. Vous pouvez le retrouver ici.


Voilà pour ce qui est de mon parcours. Pour celles qui souhaiteraient embrasser la même carrière, je ne peux vous dire qu'une chose : chaque parcours est unique. Perso, je sais que j'ai eu une chance de dingue d'être rappellée. Je pense que ça récompense mon implication durant mon stage, mais le coup de bol, c'est qu'ils avaient un poste à pouvoir pile à ce moment-là. J'aurais pu faire le même stage et ne jamais être embauchée.


Pour vous dire, ma copine (que nous nommerons Sly pour ne pas dévoiler son identité), qui est également en poste dans un mag qui parle de beauté, n'a pas du tout eu le même parcours. Elle aussi a cartonné au niveau des stages (ce qui est à mon avis la chose la plus importante, ne crachez sur aucun stage, même les publications les moins connues - vous n'allez pas être en stage chez Elle ou Vogue dès le premier CV envoyé - et c'est surtout dans les petites publications que vous serez le plus libre et le plus utile). Après l'école, elle n'a pas été embauchée, pas de poste à pourvoir. Elle a donc fait des piges pour plusieurs publications. Elle a eu un CDD, qu'elle a détesté, retour aux piges. Et finalement elle a trouvé un poste en CDI.


Tous les parcours sont différents et la seule chose qui est sûre, c'est qu'il faut faire des tonnes de stages. Et des stages longs si possible. Ca rassure votre potentiel futur employeur. Et n'oubliez pas, dans le milieu, tout le monde connaît tout le monde. Si vous êtes bonne dans ce que vous faites, vous pouvez être recommandée par quelqu'un qui connaît quelqu'un qui connaît quelqu'un qui a besoin de connaitre quelqu'un de recommandé pour un poste.

Bon, voilà à peu près ce que je pouvais vous dire sur "Ma vie Mon oeuvre".

Envoyez vos CV pour des stages, soignez la lettre de motivation et personnalisez-la en fonction de la publication à laquelle vous l'envoyez (je sais c'est super chiant, mais ça fait vraiment la différence).

Je sens que ce poste va soulever encore plus de questions. J'y répondrai par un poste de synthèse ! Parce que dans les commentaires, c'est pas super optimal et tout le monde pose 5 fois la même question sans forcément regarder les réponses données.